Actualités

Hommage à André Michel, historien montoirien passionné

André Michel nous a quittés lundi 17 septembre 2018. Il avait rejoint le CDPA 41 dès les débuts en 1993 et avait occupé plusieurs fonctions au sein du conseil d’administration. Actuellement il occupait le poste de trésorier adjoint et secondait avec toujours le même enthousiasme la nouvelle trésorière. André Michel était un fidèle rédacteur des publications « Patrimoine dans votre commune ». Il avait aussi dirigé la publication « Sur les pas de Gervais Launay » dans le canton de Montoire, rien d’étonnant pour ce montoirien amoureux de sa commune, il a notamment fouillé durant de nombreuses années le château.
Il savait transmettre au grand public sa passion pour l’histoire. Il ne faisait rien à moitié et lorsqu’il s’impliquait dans un projet, il allait jusqu’au bout. Il avait entrepris le dépouillement des archives de Saint-Quentin-lès-Trôo qui allaient rejoindre celles de Montoire qu’il avait déjà classées.
Il animait au sein du CDPA 41 les sortie+ « Sur les pas de Gervais Launay » dans le canton de Montoire et nous étions encore avec lui le dimanche 9 septembre, journée consacrée à Saint-Rimay, Villavard et… Montoire.
Au début de l’année 2018, le conseil d’administration du CDPA 41 a validé le choix de la commune retenue pour le « Patrimoine dans votre commune » 2020 : Montoire ! Le conseil municipal de Montoire a accueilli favorablement le projet en mai. Il faut bien deux ans pour venir à bout de toutes les richesses de la commune ! Dès lors, André Michel, tel un « feu d’artifices », proposait de nombreux sujets inédits, en sommeil, des documents intéressants et des contacts sur place. La première réunion publique (sauf changement de dernière minute) est programmée à la mairie de Montoire le mercredi 3 octobre à 14 h 00. Nous espérons que vous serez nombreux à contribuer à ce volume qui lui sera dédié.
Il lui sera aussi rendu hommage le dimanche 30 septembre à l’occasion de la sortie « Patrimoine dans votre commune » à Mer, commune où il a terminé sa carrière dans l’enseignement comme directeur d’école.

« Depuis mardi, je suis orpheline… J’étais habituée à recevoir mon appel quotidien vers 8 h 45 et c’était André qui téléphonait avant de se rendre dans sa seconde maison : la mairie pour poursuivre le classement des archives. Il s’annonçait en disant « Salut c’est le Dédé ». Nous parlions actualités, projets de l’association et notamment celui de la publication sur Montoire, bien entendu. Pas un jour sans de nouvelles idées de sujets, des documents à étudier ! Intarissable André ! Nous terminions notre conversation par un « À la revoyure » ! Depuis mardi, je suis bien triste, le téléphone ne sonne plus, comment combler cette absence. André, j’espère que lorsque nous viendrons travailler à Montoire ou visiter ta commune, tu nous feras un signe. Au nom des adhérents qui suivaient tes sorties, je peux dire que nous aurons une pensée pour toi. Sache que nous allons nous retrousser les manches pour mener à bien le travail « patrimoine dans votre commune » sur Montoire pour que tu puisses être fier du résultat.
À la revoyure André, au plaisir de revenir sur tes terres montoiriennes »
.

Alexandra Mignot
Coordinatrice de projets

 

 


 

Rendez-vous de l’Histoire 2018

(Stand 151)

 

 

 


Patrimoine dans votre commune : MER

(30 Septembre 2018)

 

 

 


Partir pour l’éternité

(Septembre 2016)

 

 

 

 


Vous pouvez nous aider à les recenser

(Mars 2016)

ÊTES-VOUS BIEN ASSURÉS ?

Ces petites plaques en zinc, servant de justificatif de contrat d’assurance auprès des propriétaires, étaient autrefois apposées sur les façades par les sociétés d’assurance et servaient de publicité. Elles certifiaient que les propriétaires étaient bien couverts par la compagnie.

Elles se composent généralement du logotype de la compagnie d’assurance complété par le nom de la compagnie ou ses initiales.

Elles tendent à disparaître aujourd’hui à cause de leur fragilité mais aussi par les interventions sur les bâtiments lors de reprises de maçonnerie ou d’enduits par exemple.

Vous en avez repéré dans votre commune, prenez une photo, n’oubliez pas de noter correctement l’adresse de la prise de vue et transmettez-la à l’association.

Nous comptons sur votre participation.

Contribuez ici


Vous pouvez nous aider à les recenser

(Février 2016)

RENDEZ-VOUS AU CAFÉ, A L’AUBERGE DU COIN

Lieux de convivialité et d’échanges, les cafés, les auberges étaient nombreux dans nos villages. On s’y retrouvait quotidiennement, le dimanche, lors de grandes occasions. Les cafés étaient plutôt réservés aux hommes, quant aux auberges, elles accueillaient des voyageurs de passage, des familles…
Combien de ces établissements ont aujourd’hui disparu ? Dans tout album de collectionneur de cartes postales anciennes, il n’y a pas une commune loir-et-chérienne sans café.
Aujourd’hui, il reste quelques devantures ou noms qui rappellent la présence de ces établissements.
Vous en connaissez dans votre commune ou dans votre secteur, prenez une photo, n’oubliez pas de noter correctement l’adresse de la prise de vue et transmettez-la à l’association.
Nous comptons sur votre participation.

Contribuez ici


 

Retour sur La Ville-aux-Clercs

(Février 2016)

Dans la publication “Patrimoine dans votre commune” n°47 consacrée à La Ville-aux-Clercs, nous avions abordé le château de la Gaudinière en faisant un portrait d’Eugène Landron, architecte et de Paul de Lavenne, comte de Choulot, paysagiste. Nous n’avions pu obtenir de photographies de la tombe de ce dernier à Parigny-les-Vaux (commune de la Nièvre où il était propriétaire du château de Mimont) lors de l’impression du numéro. Un très grand merci à Joël Thome qui nous a communiqué des clichés de l’enclos familial qui regroupe trois tombes (de droite à gauche) : celle de Paul, comte de Choulot (décédé le 4 avril 1864 à l’âge de 70 ans) ; celle de son épouse Anne Marie Élisabeth de Chabannes La Palice (décédée le 4 mai 1875) et celle de Paul Frédéric Florimond de Lavenne, comte de Choulot, leur fils (décédé à Paris le 17 avril 1882).

2015 10 10 Parigny-les-Vaux (140-1)

2015 10 10 Parigny-les-Vaux (138-1)

 

 

 

 

 


 

Retour sur Meusnes

(Février 2016)

Dans la publication “Patrimoine dans votre commune” n°48 consacrée à Meusnes, nous avions évoqué l’ascension professionnelle d’un mécanicien de campagne, Pierre Samain, originaire de l’Indre. Travaillant sur de nombreux procédés mécaniques, il dépose dès 1856 plusieurs brevets d’invention tels celui d’un clitomètre ou bien encore d’une poinçonneuse à métaux.  Il quitte Meusnes pour s’installer à Blois non loin de la chocolaterie Poulain avant de partir à Paris où il s’associera à Félix-Léon Édoux avec lequel il travaillera sur les ascenseurs. Il participe à plusieurs reprises aux expositions universelles de Paris comme en 1867 (http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/series/pdf/F12-1867-iconographie.pdf). Il expose dans la classe 50 consacrée au matériel et procédés des usines agricoles et des industries alimentaires. Une recherche récente sur le site des archives nationales (salle des inventaires virtuelle) nous a permis de retrouver son portrait dans l’album des exposants et abonnés consultable en ligne (https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/consultationIR.action?udId=c25mzjv3jo8g-31vnxxxc94le&irId=FRAN_IR_052901).

Cette photographie (n°263) a “été prise avant le 25 mars 1867, au moment de l’établissement de leur carte d’entrée”.

Samain final

 

 

 

 

 


 

Conçu et réalisé par le CDPA41